Slide background

 

MENTOPLASTIES

fiche d’information sur les mentoplasties actes pratiqués par les médecins de la SAMCEP

Un geste si minime soit-il sur le menton change notablement la silhouette du visage, autant voir plus qu’une rhinoplastie.
Dans un premier temps, il est essentiel de se centrer sur la demande du patient. Et de faire la part des choses entre les fantasmes, résultats de conditionnements et l’identité réelle de la personne, afin de ne pas prendre le risque d’effacer des caractéristiques identitaires.
Nous procédons, bien sûr, à l’analyse clinique du visage, mais surtout à :
  • l’aspect tégumentaire, musculaire du menton,
  • l’articulé dentaire,
  • aux compensations osseuses de la croissance.
Et faire comprendre au patient sa conformation faciale et les conséquences esthétiques et symptomatiques.
 

PREMIÈRE ORIENTATION : si nous avons une disgrâce du menton

S’il y a un décalage des bases osseuses maxillaires : c’est une indication ortho-chirurgicale. Ce qui n’est pas notre propos.
Sinon… C’est une chirurgie dite de compromis : LES MENTOPLASTIES
C’est-à-dire qu’elle améliore l’esthétique du visage sans toutefois corriger une éventuelle anomalie fonctionnelle dento-faciale.
Elle consiste à traiter une compensation osseuse que la nature a créée spontanément pour tenter de rétablir un équilibre fonctionnel.
 

LES TYPES DE MENTOPLASTIES :

IMPLANT POUR MENTON :
On obtient d’excellents résultats, mais d’indication limitée. Car il ne corrige pas les anomalies dans le sens vertical du menton, que l’on retrouve presque toujours : seul ou associé à une autre malposition. Il ne traite pas un excès de menton.
L’évolution reste instable dans le temps.
Actuellement, il est indiqué le plus souvent dans le contexte d’un lifting cervico-facial afin d’harmoniser le résultat.
Le plus souvent en silicone, sa mise en place se fait par voie labio-vestibulaire ou par voie sous-mentonnière.
 
LES APPOSITIONS : cartilage, bosse du nez, fragment de silicone.
Simple d’exécution et de suite.
En fait, sublime une rhinoplastie.
Mais ne pas oublier qu’une avancée ou une augmentation de moins de 5 mm n’est pas significative dans le temps. Elles ne sont indiquées que pour de petites modifications.
Leur mise en place se fait soit par voie labio-vestibulaire, mieux par voie sous mentonnière.
 
LES INJECTIONS : fillers, greffes d’adipocytes.
Résultat magique mais versatile.
Sublime ce qui est déjà beau.
D’utilisation pas si aisée qu’on le pense. Et difficile à reproduire à l’identique.
Se pose la question : quel en sera le résultat après 20 à 30 ans d’injection?
D’indication idéale pour un résultat temporaire:
  • pour les fillers : à reproduire tous les 12 à 18 mois.
  • pour les graisses : liposculpture, 2 séances avec une grande participation du patient et parfois à relancer tous les 3 à 4 ans. Elles donnent souvent un aspect alourdi du menton. Elles se pratiquent en millieu chirurgical.
LA GENIOPLASTIE : l’ostéotomie
Les avantages :
  • Une liberté d’action dans le sens vertical du menton,
  • Permet une avancée et un recul significatif,
  • Prend en compte le complexe : peau, muscle cervico-mentonnier, compensation osseuse,
  • Résultat fiable dans le temps,
  • D’exécution facile et de suite simple. Demande une hospitalisation de 48 heures,
Mais ne corrige pas :
  • Un sourire gingival
  • Une incompétence labiale sur une anomalie dento-faciale.

CONCLUSION

L’information doit être claire et surtout bienveillante.
Les 4 méthodes sont satisfaisantes :
  • L’implant est d’indication limitée si on tient compte des s osseuses.
  • Les appositions sont indiquées pour les très petites augmentations.
  • Les injections pour un résultat temporaire et dans un contexte sans anomalies osseuses.
  • La génioplastie traite tous les secteurs du menton avec un résultat fiable dans le temps

mentoplasties